« Lieux de mémoire » : quand les lycéens photographient l’intime

« Lieux de mémoire » : quand les lycéens  photographient l’intime Lucille et Julie suivent le BTS photo du lycée Jean Rostand à Roubaix. Ce lycée, réputé pour son faible taux de réussite au bac, ne compte qu’une classe de S en première et en terminale, ce qui explique en partie ces résultats. Aussi, quand leur professeur,…

Josiane Willoqueaux : de la vie de maire à la vie de grand-mère

lille Josiane Willoqueaux : de la vie de maire à la vie de grand-mère Par un mercredi après-midi d’avril, l’ancienne maire de Lys-lez-Lannoy s’est confiée à la lycéenne Léa Naerhuysen, le temps d’une rencontre, sur son quotidien depuis la fin de son mandat, voici trois ans. Celui d’une grand-mère épanouie et toujours généreuse envers les…

« Pose ta parole » : parler ensemble, de Charlie au burkini

C’est un groupe de parole pas comme les autres, où l’on ne vient pas tant pour parler que pour écouter. Ce groupe s’appelle « Pose ta parole ». Il a été créé en 2015, juste après les attentats de Charlie Hebdo, par une poignée de Roubaisiens pour qui parler de ce qui venait de se passer était subitement devenu vital, nécessaire, et salvateur.

La culture en un coup de dés

« 13 ! Ca fait quoi Monsieur ? » Le dé noir vient de rouler sur la table de jeu, sous les regards impatients de Shaïness, Zarha et Mélynda, trois élèves de 12 ans du collège Jean Baptiste Lebas de Roubaix. Comme leurs camarades de classe, répartis en cinq groupes, elles participent à un atelier d’initiation au jeu de rôle sur table.

« On se voile le corps, pas le cerveau! »

« On se voile le corps, pas le cerveau! » Malika* s’habille avec un jilbab, une robe et une capuche de tissu laissant apparaître son visage, ses mains et ses pieds. Zélie*, elle, est encore collégienne et porte le hijab, qui couvre simplement ses cheveux. Pour les deux habitantes de Lille Sud, ces vêtements font partie de leur…

Cimetière de Lille-Sud : mixité sociale et mémoire de quartier

Pour fêter le printemps, Lille en quartiers est allé se promener dans les quartiers populaires lillois. Le résultat, c’est une quinzaine de balades sonores qui nous emmène dans les coins où les vies de quartiers se révèlent, où l’intime se mêle au politique. Première balade ce lundi, avec le cimetière de Lille-Sud, où la variété des tombes illustre la diversité du coin.